Le Télégraphe Juridique​​​

Accueil » Interview du Mois » « Nous aidons au développement des pays d’Asie du Sud-Est »

« Nous aidons au développement des pays d’Asie du Sud-Est »

"Le Télégraphe Juridique, vitrine sur le monde étudiant et professionnel de toute la région, tisse un véritable et efficace réseau académique, un point de rencontre des sciences et des cultures."

> En cliquant sur l'image, retrouvez toute l'actualité de notre Master.


Stéphane Laure Caubet gère actuellement des experts locaux et internationaux sur un projet de grande envergure.

Stéphane Laure Caubet gère actuellement des experts locaux et internationaux sur un projet de grande envergure.

Stéphane Laure Caubet, directrice adjointe d’Adetef Asie (Assistance au Développement des Échanges en Technologies Économiques et Financières), est intervenue dans le master en décembre dernier pour assurer un cours sur le droit de la concurrence. Elle dirige également tout au long de l’année certains étudiants du master dans le cadre de leur mémoire. Et, dernièrement, elle a accepté volontiers de participer, en tant que membre du jury, aux sélections du premier concours d’art oratoire en langue française en Asie du Sud-Est, organisé à Hanoï par l’Association des juristes en coopération économique. Aujourd’hui, pour Le Télégraphe Juridique, elle se livre sans détours sur son métier, ses enjeux et ses évolutions, sur les défis auxquels elle doit faire face au quotidien dans un pays qui rayonne comme le Vietnam actuellement.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre travail ? 

Mon travail consiste à vendre de l’expertise technique, soit des compétences d’experts internationaux dans des domaines d’activités nécessitant une qualification et une expérience élevée. Agissant dans le cadre du secteur public, l’agence comporte deux pôles d’activités: Un pôle multilatéral et un pôle bilatéral.

Dans le cadre de nos actions multilatérales, (il s’agit principalement du processus de réponse aux appels d’offre), je suis d’abord chargée des activités de veille projets. Cela consiste à identifier, en local, les projets sur lesquels l’antenne pourrait se positionner, en répondant à des appels d’offres émanant des différents bailleurs de fonds actifs sur la zone (tels que la Banque Asiatique de développement, L’Agence Française de développement, la Banque Mondiale, etc.). Je suis aussi impliquée dans l’élaboration des réponses aux appels d’offres en collaboration étroite avec le siège à Paris et dans le suivi des projets gagnés. Dans le cadre de nos actions bilatérales, mon travail consiste à assurer la bonne exécution des programmes d’activités de l’agence. Mes fonctions m’amènent par ailleurs à appuyer le directeur de l’antenne dans la constitution de réseau d’expertises, à le représenter en son absence et à participer au maintien des relations avec les différents partenaires institutionnels (ministères, ambassades, etc.).

Pourquoi est-il intéressant d’exercer ce métier dans cette partie du monde ?

L’assistance technique internationale est un secteur permettant de travailler en étroite liaison avec les administrations des ministères, de préparer des offres, de monter des projets et d’en assurer la mise en œuvre. Exercer ce métier dans cette partie du monde ou une autre ne change probablement pas grand-chose quant à la vocation en elle-même de mettre à la disposition de gouvernements des compétences professionnelles d’experts dans un secteur donné.

Cependant, ce qui est appréciable est le fait d’aider au développement des pays tel que le Vietnam où je vis, mais aussi tels que le Laos, le Cambodge, le Myanmar et les autres pays de la zone. En effet, nous pouvons être amené à travailler sur des stations d’épurations d’eau, des partenariats publics-privés (projets d’hôpitaux, d’aéroports, etc.) ou encore sur des questions de gouvernance, ce qui au vu du défi que cela peut représenter rend à mon sens, le métier valorisant et particulièrement intéressant.

Quels sont actuellement les principaux enjeux de votre travail ?

Les principaux enjeux de mon travail actuellement résident dans la gestion d’experts locaux et internationaux sur un projet de plusieurs millions d’euros, car malgré les décalages horaires, et les différentes localisations géographiques des intervenants, le projet doit avancer tout en répondant aux attentes du client. De plus, la fusion de notre agence avec d’autres agences d’assistance technique nous amène à repenser et à développer de nouveaux marchés, cela représente aussi un enjeu stratégique et économique en ce début d’année pour notre développement en ASEAN (NDLR : Association des nations du Sud-Est asiatique).

Propos recueillis par Louis Rouquette



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :