Le Télégraphe Juridique​​​

Accueil » Journal du Master » Première conférence de l’AJCE sur les droits de l’homme à l’Espace

Première conférence de l’AJCE sur les droits de l’homme à l’Espace

"Le Télégraphe Juridique, vitrine sur le monde étudiant et professionnel de toute la région, tisse un véritable et efficace réseau académique, un point de rencontre des sciences et des cultures."

> En cliquant sur l'image, retrouvez toute l'actualité de notre Master.


De gauche à droite: Eva Charon, Delphine Brisson, Anaïs Bessus et Teresa Sanchez.

De gauche à droite: Eva Charon, Delphine Brisson, Anaïs Bessus et Teresa Sanchez.

Au quatrième étage de l’Institut français de Hanoi, dans une pièce que la lumière ne pénètre pas, a eu lieu le 12 décembre la première conférence de l’Association des juristes en coopération économique. Cet après-midi là, quatre intervenantes de l’Association, Eva Charon, Delphine Brisson, Teresa Sanchez et Anaïs Bessus, se sont succédées afin de présenter, sous l’angle de la Convention européenne des droits de l’homme, les mécanismes de protection et de promotion des droits de l’Homme dans l’ASEAN (NDLR : Association des nations du sud-est asiatique qui regroupe Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Brunei, Cambodge, Laos, Vietnam et Birmanie).

La conférence a débuté par une brève introduction rappelant le contexte historique et le cheminement de la construction de l’ASEAN, de sa naissance en 1967 jusqu’à l’adoption, le 18 novembre 2012, d’une déclaration des droits de l’homme – point crucial d’un long processus consistant à amener les États vers la réglementation de leurs rapports, entre eux et avec les individus. Les conférencières ont ensuite mis en exergue l’avancement que constitue l’adoption d’une telle déclaration tout en remarquant les difficultés rencontrées par ses rédacteurs pour mettre en place un consensus favorable à l’épanouissement des droits de l’Homme dans des pays aux valeurs et cultures différentes. Un développement subsidiaire a pris en compte les effets conséquents de la déclaration sur le droit interne vietnamien, qui a ainsi consacré un chapitre sur les droits de l’Homme dans sa constitution.

Après une étude nécessaire du contenu du texte propre à toute étude juridique, la conférence a orienté justement le débat vers l’efficacité de ce texte. Prenant l’exemple de la mise en balance des droits de l’Homme avec l’exercice des devoirs qui en découlent, l’étude montre les limites de cette initiative.

Par la suite, de nombreuses questions ont été soulevées au sujet de droit à la vie, du droit des personnes ou encore de la liberté d’expression mais le questionnement sur l’universalité de la conception des droits de l’homme est sans doute le point névralgique de ce travail. Sur ce point, l’étude souligne qu’il est important de prendre en compte les particularités nationales et régionales ainsi que les contextes historiques, culturels et religieux – ne mettant nullement un frein au processus et permettant de le comprendre, de s’en saisir.

En définitive, les lacunes qui transparaissent à la mise en application du texte ne doivent pas occulter l’accueil positif fait au dispositif qui « constitue une avancée majeure en matière des droits de l’homme » selon les intervenantes.

Les membres de la rédaction



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :